LOADING

Type to search

Business Finance

Les banques veulent mutualiser leurs forces dans la lutte anti-blanchiment

Share
Compliance

L’opérateur SWIFT veut lancer fin 2019 un registre de recueil des données de clients afin de mutualiser la lutte antifraude des banques. Plus largement, les projets de coopération se multiplient.

Pour les grandes banques, coopérer en matière de lutte anti-blanchiment a longtemps été tabou. Car  c’est bien leur responsabilité individuelle qui est exposée en cas de faux pas dans ce domaine. Mais, malgré le récent scandale Danske, les mentalités évoluent.

« Nous sommes actuellement en discussion avec d’autres banques pour créer une initiative de place centrée sur le KYC [vérification de l’identité des clients, NDLR] des clients entreprises », explique Yannick Jung, responsable Global Banking EMEA (Europe, Moyen-Orient, Asie) chez BNP Paribas.

Un registre étendu aux entreprises

Le banquier évoque l’élargissement, prévu pour la fin 2019, d’un registre de données centralisé  sur le système bancaire SWIFT, qui sert à transférer chaque jour 25 millions d’ordres de virement entre banques.

Créé en 2014, ce référentiel – baptisé KYC Registry – permet déjà à 5.100 banques de fournir leurs propres données clefs, informations destinées aux autres banques qui souhaiteraient entrer en affaire avec elles. SWIFT veut désormais permettre aux entreprises de renseigner ce registre. Dans un premier temps, il s’agirait de l’ensemble des 2.000 multinationales déjà connectées à SWIFT. (Suite)

Tags:

You Might also Like