LOADING

Type to search

ANALYSES

Editorial 1er Juin 2019

Share

Des résultats positifs de la lutte contre les activités financières frauduleuses au Vatican

Selon l’Autorité d’information financière (AIF) du Vatican, les risques de blanchiment de l’argent  et de financement du terrorisme sont classés respectivement « bas » et « bas-moyen ».

Contexte : la supervision financière des banques du  Vatican a nettement progressé depuis la révélation en 2012 d’un vaste système de corruption et blanchiment avec des banques italiennes.

Un an plus tard, la Banque d’Italie bloquait les paiements par cartes au Vatican, invoquant un risque de blanchiment généralisé.

 

L’image des banques suisses s’est améliorée par rapport à 2017, en Suisse.

Selon un sondage publié mercredi par l’Association des banquiers suisses (ASB), l’image des banques suisses s’est améliorée dans la population.

Selon la dernière enquête de l’Association des banquiers suisses (ASB), portant sur deux années, 51% des répondants ont déclaré avoir un avis “positif” auprès des banques. 7% d’entre eux sont même “très positifs”, contre 44% et 5% précédemment.

Impact : Alors que les banques suisses ont été mêlées à des affaires d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent (cf. l’affaire UBS), les Suisses ont globalement une bonne image de leurs banques, devant les entreprises pharmaceutiques.

L’enjeu sera pour la Suisse de relever aussi l’image de son industrie financière à l’étranger et de relever le défi des normes de compliance, que ne facilite pas l’anonymat bancaire pratiqué par les banques helvètes.

 

Une ex-employée de Credit Suisse plaide coupable dans l’affaire du Mozambique

Alors qu’un audit indépendant à mis au jour une dette massive au Mozambique, plongeant de pays dans une grave crise économique, Crédit Suisse a reconnu avoir accordé des prêts à ce pays sans en ignorer que la finalité serait détournée au profit de l’ex Ministre des Finances Manuel Chang.

Impact : Les avoirs détournés ont été saisis aux USA. L’image et la réputation de Crédit Suisse et des banques helvétiques risquent d’en pâtir à nouveau après les révélations Swissleaks en 2015.

 

Le traité de libre-échange panafricain incorpore des règles anticorruption.

L’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA), rassemble ses 55 membres autour d’un accord de libre-échange des hommes et des marchandises. Cet accord continental incorpore des règles de transparence de la vie des affaires.

Impact : De nombreux freins pourraient entraver l’efficacité de ce nouveau traité dans la promotion du libre-échange et du développement économique. La corruption est l’un de ces problèmes. Les classements internationaux placent l’Afrique subsaharienne comme la région la plus corrompue du monde, l’Afrique du Nord ne faisant guère mieux.

 

Les secrets financiers de Singapour.

Singapour est devenue une véritable usine à blanchir l’argent sale pour des milliards de dollars volés en Indonésie et intégrés à travers son système bancaire de la ville à travers ses ports francs. L’indice de perception de la corruption 2018 de Transparency International se situe au troisième rang des 180 pays de la métropole, juste derrière le Danemark et la Nouvelle-Zélande.

Impact : Alors que la question du secret bancaire des ports francs attire de plus en plus l’attention du monde, la notoriété de telles pratiques à Singapour pourrait nuire de manière indélébile à sa réputation financière. La Cité État doit apporter des réformes sûres pour remédier à son manque de transparence financière au risque de voir sa note dégradée par le GAFI et Transparency International.